AERO-ZORN

2021 Ceillac

C’était plutôt mal parti. Les prévisions météorologiques ne présageaient rien de bon à 10 jours.

Après un voyage plutôt long, une gorge profonde, où la route n’a pas de place, constitue l’entrée du Queyras. Après un certain nombre de tunnels, et de virages en épingle à cheveux, la haute vallée de Ceillac finit par s’ouvrir, cernée par des sommets à 3000 m.

Ce sont ces sommets qui créent un microclimat dont on peut constater les effets protecteurs assez rapidement et qui font mentir la météo. Dès le premier jour, les conditions sont bonnes et ceux qui ne connaissent pas le site sont un peu étonnés par les petits 200 mètres de dénivelé du décollage. Les protestations attendues n’ont pas eu lieu et tout le monde a, bon gré mal gré, gravi la pente avec son sac.

La particularité du site est l’arrivée d’une brise de pente ascendante vers 11 heures. Il suffit d’attendre. Et cette ascendance vous hisse jusqu’à plus de 2400 mètres quand les conditions sont bonnes, ce qui permet de partir vers les sommets environnants en cross ou en marche et vole. Les thermiques étaient plutôt réduits cette semaine-là parce que la vallée se trouve déjà à 1600 mètres, ce qui limite le réchauffement. Cela n’a pas empêché Michel de continuer à chercher à battre son record de durée de vol !

Roger a souvent servi de fusible mais aussi de caméraman au décollage comme à atterrissage. Ce qui a permis de faire des débriefings intéressants. La météo a cependant joué les trouble-fête pendant deux jours. Le premier a donc servi à faire une initiation à la randonnée alpine : 400 mètres de montée et surtout 800 mètres de descente ! C’est finalement cette partie-là qui a été la plus dure pour certains …

Le deuxième jour de mauvais temps a permis de visiter un petit peu un Queyras qui a conservé ses traditions et la partie de l’Italie qui se trouve au-delà du col Aniel.


Michel et Francis ont profité d’une soirée calme pour voir le coucher de soleil sur les montagnes au-dessus de 3000 mètres en paramoteur. Une superbe expérience d’après leurs dires !
Le groupe avait souhaité élargir un peu son horizon ce qui a été réalisé par une journée passée à proximité du lac de Serre-Ponçon. Après une visite à Saint-Vincent des Forts, non praticable à ce moment-là, c’est à Montclar, à 20 minutes au sud, que le périple a abouti. Le week-end, un télésiège y fonctionne. Après une bonne heure d’attente face à un paysage magnifique et dans une douce chaleur, les thermiques se sont mis en place, parfois un peu rugueux, mais suffisants pour arriver jusqu’à la crête supérieure et son ouvrage militaire. Nous n’étions pas seuls, les planeurs ont joué avec nous, parfois un peu trop proches…

Francis, lui, en a profité pour terminer la journée par un vol d’une dizaine de kilomètres jusqu’au bord du lac.

Pour éviter un retour trop long, il a été décidé de faire une halte à Annecy. Les conditions étaient bonnes mais elles l’étaient pour beaucoup trop de monde ce dimanche-là …


En conclusion, un séjour agréable, varié, et une petite région attachante à plus d’un égard. A voir et à revoir.

Serge

Résumé vidéo de la sortie à Ceillac par Roger

Retour en haut