AERO-ZORN

Interview de Serge KLEIN

Serge

Serge est le président du club de parapente AERO-ZORN

A-Z : Bonjour Serge, merci d’avoir accepté cette interview ! Peux-tu te présenter succinctement ?

S : J’ai la particularité d’être l’un des plus jeunes pilotes en étant l’un des plus âgés du club ! Un des plus jeunes c’est à dire l’un des plus récents.

A-Z : Quand as-tu commencé le parapente ?

S : J’ai commencé relativement récemment, en 2012, donc je ne suis pas le membre le plus expérimenté.

A-Z : Où as-tu appris?

S : J’ai commencé au Centre Ecole du Markstein, j’ai fait mes premiers stages là-bas et également dans le sud de la France du côté de Barrême.

A-Z : Qu’est-ce qui t’a poussé à commencer le parapente ?

S : C’était un rêve de gamin, quand j’étais étudiant, nous avions la possibilité de faire du planeur à Metz. A l’époque ça ne coûtait pas très cher, nous avions des bourses, et malgré tout je n’avais pas pu m’inscrire. Du coup j’ai toujours gardé en arrière plan cette idée de voler et j’ai raté un peu le coche des années 80 où beaucoup de nos collègues ont démarré l’activité. J’étais en Autriche et j’ai vu des gens faire du parapente, je leur ai posé des questions, je leur ai demandé comment il fallait faire etc. Finalement deux ans après je me suis inscrit au CEM. Au CEM j’étais également l’un des plus anciens, ils avaient un peu peur, parce que je devais être un peu trop dynamique à leur goût. Rires. Les chutes que je faisais les avaient impressionnés à l’époque, mais bon je m’en suis tiré sans mal ! Rires

A-Z : Peux-tu nous raconter ton meilleur souvenir en parapente?

S: Un de mes meilleurs souvenirs, comme beaucoup de pilotes à Reinhard, est mon premier vol au château (du Haut-Barr). Ensuite un autre bon souvenir est une sortie club au Grand-Bornand, nous avions décollé du Lachat et j’avais fait tout le tour de la vallée, c’était mon premier grand vol et ça m’a laissé un souvenir particulier.

A-Z : Je crois savoir que tu pratiques également le ski de rando… peux-tu nous en dire plus?

S : Oui, tout d’abord je fait de la montagne depuis très longtemps, depuis que j’ai 16 ou 18 ans quelque chose comme ça. Je fais de la montagne en été, j’ai fait pas mal de ski, mais comme beaucoup de gens à un moment donné, les remontées mécaniques on en a ras le bol. Donc j’ai commencé le ski de rando très tôt, à une époque où c’était confidentiel comme pratique. Maintenant ça a beaucoup changé et j’aimerais bien relier les deux activités. C’est un de mes rêves, de faire du marche et vol en particulier, du speed riding également, mais bon cette année ça va être un peu compliqué.

A-Z : Peux-tu indiquer ton volume horaire annuel ?

S : Oh là là, c’est très variable, je dirais en moyenne une cinquantaine, soixantaine d’heures. Si je suis en montagne évidemment je vole beaucoup plus et plus souvent. Pour Reinhard, avec Roger, il nous faut une heure de route pour y aller et une heure pour le retour, ça limite nos possibilités de vol. Nous sommes déjà venu deux fois cette année juste pour regarder le paysage…

A-Z : Ca fait un an que tu es président du club de parapente AERO-ZORN, est-ce que tu peux nous dire quelles sont les contraintes et quel est ton rôle en tant que président?

S : Pour l’instant j’avoue que ça ne va pas assez vite pour moi notamment avec cette situation spéciale (crise sanitaire) qui m’empêche de faire certaines choses. C’est intéressant d’être à la tête du club, les idées qu’on peut avoir sont plus faciles à mettre en place. Il y a un certain dynamisme dans le club, ce n’est pas compliqué de réformer certaines choses. Avec Renaud en particulier, le changement de place de la balise s’est fait très facilement. Farid également apporte beaucoup d’idées notamment sur le thème de la sécurité et est force de propositions ce qui est une richesse pour le club.

A-Z : Que dirais-tu à un pilote qui se demanderait ce qu’est AERO-ZORN et pourquoi nous rejoindre ?

S : Je dirais que pour quelqu’un qui cherche à voler régulièrement Reinhardsmunster pourrait être une solution. En plus de ça le site est très beau, cette ouverture sur la plaine alsacienne ne se retrouve pas sur tous les sites. De plus l’accueil, je peux en témoigner, est très convivial. Quelqu’un qui arrive ne se retrouvera jamais seul au milieu de l’attéro, on viendra l’aborder et le conseiller.

A-Z : Que penses-tu de la crise sanitaire, comment vois-tu la suite pour cette année?

S : J’ai tendance a être irrémédiablement positif ! Par rapport au premier confinement on peut dire qu’on a gagné ! La fédération avait donné des consignes strictes, pas plus de dix personnes, la distanciation etc. Les choses se sont quand même nettement améliorées. Au départ les masques avaient plus ou moins bien marché, aujourd’hui plus personne ne se pose la question, si quelqu’un monte en voiture pour une navette il met spontanément un masque sans poser la question. Le seul risque que je vois c’est une barrière kilométrique ou un confinement régional mais on n’en prend pas le chemin.

A-Z : Est-ce que tu as un conseil pour les jeunes pilotes ?

S: (…) Etre dynamique et prudent en même temps. Progresser mais avec prudence !

A-Z : Merci encore Serge ! A bientôt j’espère.

Retour en haut